LA LIBRAIRIE DES INCONNUS
 8 LALEUQUEUE 76660 SMERMESNIL 
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_150150int

 Bonjour

Vous souhaitez répondre à "l'interview" de la librairie des inconnus Cliquez ici et par retour du courrier nous vous adressons le formulaire. Aucun renseignement fourni ci-dessous pourra faire l'échange de mailing ou autre. Nous conservons de façon strictement confidentielle les coordonnées que vous nous transmettez!
Francine MUSQUIN DUGUE
 
INTERVIEWS

Arabelle SIBELLE-ARDENT

10/06/2017 17:46:07

1/ La première question qui me vient à l'esprit est : qui êtes-vous ?...

Mon nom d'auteur est Arabelle Sibelle-Ardent. C'est l'anagramme exacte de mon nom à la ville ! Je suis Psychologue et coach dans la vraie vie. 

2/ Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis que je sais écrire. J'ai appris à lire avant l'école, tellement j'avais hâte, et j'ai dévoré tout ce qui m'est tombé sous la main à partir de là. J'ai eu la chance d'avoir un instituteur génial qui avait installé une bibliothèque dans la classe. Et quand j'avais fini mon travail, il me faisait découvrir des livres. Et dès que j'ai pu, j'ai commencé à écrire des histoires ! Évidemment, au début, c'était des histoires d'animaux, de fées, d'insectes...

 

3/ Est-ce la première fois que vous éditez un ouvrage ?

 

Oui. C'est la première fois que j'ose le faire ! Et que je vais jusqu'au bout d'une histoire pour pouvoir le faire... j'ai suivi deux formations et ai pris un congé sabbatique pour y parvenir ! Il faut dire qu'il y avait quelques blocages à dépasser...

 

Je suis passée par l'auto-édition parce que je voulais voir mon livre édité dans la foulée. Ne pas attendre des années les réponses des éditeurs qui sont saturés de titres. Et puis, la liberté que cela donne n'est pas négligeable. On décide de tout ! Bien sûr, la contrepartie c'est que c'est beaucoup plus de travail. Il y a un boulot d'éditeur à faire en plus de son travail d'écrivain. Mais je ne le regrette pas.

 

4/ Quel est le conseil le plus important qu'on-vous-ait donné ?

 

De structurer mon roman, de faire un plan, quitte à le retravailler plus tard. Et de faire des fiches de personnages aussi. Avant, j'écrivais en fonction de mon inspiration, et donc je laissais tomber dès que je n'en avais plus. Apprendre à travailler de manière structurée m'a beaucoup aidée. Et me donner une dead-line m’a aidée à le finir !

 

5/ Vous avez sûrement des habitudes, des rituels d’écriture... Comment travaillez-vous ?

 

Comme ça me vient. J'alterne des périodes de grande inspiration où je peux écrire toute la nuit, avec des périodes " sans" où je me contente de faire des recherches, de travailler la structure, les personnages...

 

En général, j’écris surtout le soir, c'est là que je suis tranquille et le plus inspirée.

6/ Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans ce qui me touche, ce qui m'émeut, ce qui m'intéresse. Il s'agit généralement d'une problématique psychologique à la base. D'un dilemme qui torture les personnages et que j'ai envie d'explorer. Il peut s'agir d'une problématique sociale aussi. Finalement, ce qui m'intéresse, c'est la confrontation entre une problématique individuelle et un contexte social, comme dans ce roman.

7/ Comment construisez-vous vos personnages ?

D'abord, je les sens. Je les vis. Je les vois. Ensuite, j'essaye de décrire ce que je ressens. Puis, je les construis tout autour de leur problématique. Ensuite, j'essaye de leur donner chair, de les rendre vivants avec des petits détails. Enfin, j'imagine quelle va être l'évolution des personnages au fil de l'histoire, et c'est cette évolution qui va constituer la trame du roman.

8/ Vous identifiez-vous à eux ?

Oui. Tout à fait. Et c’est indispensable. C’est ce qui me permet d’essayer de les comprendre de l'intérieur. C'est ce qui leur fait prendre vie au bout d'un moment.

 

Le personnage principal de ce roman, Sylvain, par exemple est très proche de moi. De ce que j'étais à son âge. Tandis que Loïc représente un aspect plus extraverti que j’ai acquis plus tard. La mère de Sylvain, psychologue, c’est évidemment une sorte de double. Même si elle n’a pas le plus beau rôle de l’histoire.

 

En tous cas, je vis avec eux durant tout le temps de l’écriture. Et c'est ce qui est difficile à vivre quand le livre est publié. Sylvain et Loïc sont un peu mes enfants. Ça a été difficile de les mettre au monde, et ça m'a été difficile de m'en séparer !

 

9/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d'écriture ?

De suivre une formation ou de se faire accompagner comme je l'ai fait. Ça donne des billes et surtout le soutien dont on a besoin en tant qu'auteur ou futur auteur. Et puis, sauter le pas, accepter de soumettre son écriture au regard des autres et de retravailler autant que possible. Après, il y a un moment où il faut accepter l'imperfection et se lancer. Accoucher et affronter le jugement d'autrui. Ce n'est pas facile, mais on se sent plus grand quand on y parvient !

 

10/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Les auteurs qui me touchent savent allier réflexion, sensibilité et poésie dans le style. Ray Bradbury avec ses "Chroniques martiennes" par exemple, m'avaient bouleversée. "Des fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes aussi. J'aime assez la science-fiction et l'anticipation, qui permettent à la fois de traiter des problématiques actuelles tout en permettant à l'imaginaire de s’affranchir des limitations de notre monde présent. Sinon, dans les auteurs classiques, Marguerite Duras avec "L'amant ", par exemple, ou Jean Genet, pour leur écriture sèche à l'émotion brute.

 

"Les Amitiés Particulières" de Roger Peyrefitte, dont le thème traité avec délicatesse et retenue est aussi l’une des sources d'inspiration pour ce roman.

 

11/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je lis toujours plusieurs livres en même temps !

 

En ce moment, comme roman, je lis " Demain, les Chats" de Bernard Werber, qui est aussi un de mes auteurs favoris. Et en parallèle je lis des livres de développement personnel.

 

12/ Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre publié ?

Il s’agit du Tome 1 de “ Cet Amour-là, pas si simple”, intitulé « La Chrysalide et le Papillon ». Il raconte la découverte de l’homosexualité de Sylvain, un jeune homme réservé, étudiant en lettres à La Sorbonne, et de son chemin d’acceptation, à travers sa rencontre avec Loïc, photographe de mode, gay assumé. C’est son premier coup de foudre pour un autre garçon et il n’avait jamais envisagé être homosexuel. Il va devoir accepter ses sentiments, accepter ce que ça change de sa propre identité et vision de lui-même, ce que ça change de ses projets de vie, de son destin. Ce qui n’est pas si facile quand on s’est déjà construit une personnalité, et qu’on vient d’un milieu catholique de surcroît. L’histoire se déroule dans le Paris de 2013, au moment où les débats sur le Mariage pour Tous débutent en France, provoquant des remous dans la société et mettant ainsi encore davantage l’accent sur la problématique personnelle du héros.

13/ Où peut-on se le procurer ?

Sur Amazon, en version numérique et version papier chez Create Space.

14/ Travaillez-vous de nouveaux projets ?

Oui, je travaille sur le tome 2 de “Cet Amour-là”, La Vie en Rose. Sylvain et Loïc vont devoir affronter la Société et l’homophobie ambiante pour assumer leur histoire d’amour. J’ai également un projet de thriller et un de série télé !

15/ Avez-vous des dates d'événements à venir ?

Pas encore de dates mais des signatures à la rentrée, certainement.

16/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Vous pouvez me suivre sur ma page Facebook du même nom que mon roman !

Publié par lalibdesincos •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





Tout droit réservé sur l’ensemble du site