LA LIBRAIRIE DES INCONNUS
 8 LALEUQUEUE 76660 SMERMESNIL 
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_150150int

 Bonjour

Vous souhaitez répondre à "l'interview" de la librairie des inconnus Cliquez ici et par retour du courrier nous vous adressons le formulaire. Aucun renseignement fourni ci-dessous pourra faire l'échange de mailing ou autre. Nous conservons de façon strictement confidentielle les coordonnées que vous nous transmettez!
Francine MUSQUIN DUGUE
 
INTERVIEWS

INTERVIEW KATE WAGNER

23/10/2014 10:39:01
Vign_300300kw_all

 La première question qui me vient à l’esprit est : qui est Kate Wagner ?

Je m’appelle Catherine Wagner Dudenhoeffer. Mon pseudonyme d’écrivain est Kate Wagner. Choisit surtout pour ne pas mélanger la peinture et l’encre. Bien qu’il y ait de nombreuses passerelles, mes tableaux doivent pouvoir continuer leur voyage sans la béquille des livres et vice et versa. Je suis une jeune romancière (j’ai 50 ans), suis née dans une des plus belles régions de France et je suis nulle en orthographe et en grammaire malgré de nombreux et coûteux cours de rattrapage. J’ai quatre enfants (deux filles, un fils et un mari) et un réfrigérateur qui aime rafraîchir le champagne.


Depuis quand écrivez-vous ?

En parallèle au mode d’expression peinture, l’écriture a toujours été le deuxième pilier. La couleur des mots est aussi importante. J’ai commencé par la poésie et les chansons pour des groupes de copains, puis plus tard la plume s’est affutée, trempée dans la collaboration avec un journal satirique qui pointait du doigt les manquements de nos élus. Je traitais ma révolte à l’humour corrosif. J’ai arrêté quand le lynchage, pour moi, ne se justifiait plus. Trop racoleur et populiste.

En m’occupant plus tard d’une troupe de théâtre et après deux pièces jouées, écrites par de magnifiques auteurs, l’envie de faire de même a pointé le bout de sa réplique. Et nous voilà lancées dans l’aventure de « Mon beau satin ». Une pièce marrante de Père Noël en goguette. Le succès a été au rendez-vous et la pièce a été éditée en 2010 chez Art et comédies Paris (Collection côté cour). Elle est toujours encore au catalogue dans les succès de l’année. Cette expérience m’a suffisamment remué pour avoir envie d’aller jusqu’au bout de la plume d’où le passage au roman.


Est-ce la première fois que vous éditez un ouvrage ?

Le premier roman Aile Ouest est sorti en 2012. Le Paradis des Louves a suivi un an après. Comme le deuxième était un complément d’enquête du premier, il a été plus rapide à écrire mais j’ai pu aussi approfondir les personnages. Progresser dans mon écriture même s'il y a encore pas mal de boulot pour me satisfaire.


Quel est le conseil le plus important qu’on-vous-ai donné ?

De retourner à ma vaisselle. Non, je plaisante. Le conseil le plus important me vient d’un peintre connu avec qui j’ai pris des cours. Savoir s’arrêter. Savoir supprimer. Cela s’applique pour une toile comme pour un texte. Garder le plus fort, le plus percutant. C’est les deux choses les plus difficiles à faire. La correction chez l’éditeur fait partie de cette acceptation. Se faire barrer des chapitres entiers n’est jamais agréable, mais si c’est fait sérieusement, il faut savoir reconnaître que c’est salutaire.


Vous avez sûrement des rituels, des habitudes…Comment travaillez-vous ?

J’écris beaucoup sur des bouts de papier. Je laisse l’histoire prendre forme dans les bras de Morphée. Les faits se mettent en place souvent aux prémices de la nuit ou à l’aube. Le titre me vient avant le début de l’ouvrage. L’instinct me guide beaucoup. Je fonctionne à la sincérité, j’écris avant tout pour moi, égoïste que je suis. Je me lis à haute voix pour entendre si la musique des mots me parle.


D’où puisez-vous votre inspiration ?

De mes oreilles et de mes yeux grands ouverts. Une part de réalité pour deux parts de rêves. Voilà ma recette personnelle.


Comment construisez-vous vos personnages ?

Je ne les cherche pas. En fait, ils s’imposent à moi comme dans un film. Après, ce qui est intéressant, c’est de les habiller. Souvent, c’est un mix de personnes que je connais, mêlées à mes propres fantasmes.


Vous identifiez-vous à eux ?

Pour la paix de mon entourage, il ne vaut mieux pas. Je me glisse plutôt comme une comédienne dans le costume pendant l’écriture et dès le stylo posé, je le replie sur une chaise. Parfois il faut avouer que dans mon cas, certaines situations que vivent mes personnages ne sont pas faciles. Après trois heures d’immersion, le retour est parfois un peu compliqué, comme lorsque l’on sort en plein soleil d’une salle de cinéma.


Quels conseils donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Aucun. J’aime la notion de liberté. Si, un, peut-être, restez sincère dans tout.



Quels sont vos auteurs préférés ?

Marcel Pagnol, Murakami, Werber, Rostand et tant d’autres.


Que lisez-vous en ce moment ?

Cerveau blanc. J’écris.


Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre publié ?

« Meurtrière depuis peu, mais passionnée depuis l’enfance. Ma flûte de champagne est toujours prête à fêter la fin d’un emmerdeur. »

Amelia supporte difficilement les autres êtres humains. Dans Aile Ouest nous faisions la connaissance, dans des conditions macabres, de cette jeune fille prête à tout pour assouvir ses obsessions.

Elle nous plonge dans son inquiétant quotidien, retraçant au passage une partie de sa vie, de ses angoisses et de ses relations difficiles avec le genre humain. Au fil de ses multiples rencontres et déménagements, elle tente malgré tout de trouver sa place dans ce monde qui ne semble pas prêt à l’accueillir. Dans ce roman, qui peut se lire aussi indépendamment du premier, je développe la personnalité de cet ange noir et dévoile certains aspects insoupçonnés de son esprit.

Ce livre a eu le prix salondulivre.net 2014. Je remercie encore le jury de leur intérêt pour lui.


Où peut-on se le procurer ?

Version Papier-Numérique : Fnac, Amazon, www.editionslkelableanwi.com,

Version numérique : NumiLog


Travaillez-vous à de nouveaux projets ?

Mes deux premiers romans sont en ce moment sur le bureau de plusieurs producteurs mais bon…

Je suis en train d’écrire la solitude des menteurs. Un sujet tout à fait différent mais qui me passionne pour le moment.


Avez-vous des dates d’éléments à venir ?

Je me suis mise en stand-by pour écrire. Après les lectures, le salon de Paris, les dédicaces, un peu de respiration est nécessaire.


Où peut-on suivre votre actualité ?

Sur le site de l’éditeur : www.editionskelableanwi.com

Sur facebook :https://www.facebook.com/pages/Kate-Wagner/332832023416141?ref_type=bookmark


Merci de votre intérêt et bon vent à tous les écrivains et à ceux qui les lisent.


 


Nous remercions Kate Wagner d'avoir accepté de nous consacrer un peu de son temps pour répondre à notre interview. 


Si vous aussi vous souhaitez être interviewé CLIQUEZ ICI


 

 

compteur de visite

Publié par lalibdesincos •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





Tout droit réservé sur l’ensemble du site