LA LIBRAIRIE DES INCONNUS
 8 LALEUQUEUE 76660 SMERMESNIL 
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_poesie200200

EN COURS DE MODIFICATION 

 

 POÉTIQUEMENT VOTRE 

27/05/15

Bonjour,

La librairie Des Inconnus ouvre cet Espace à tous les "poètes(tesses)" afin de leur donner l'occasion de partager les écrits, et d'échanger leurs avis sur tel ou tel texte... Vous êtes amateurs(trices) de Poésie transmettez-nous vos poèmes et nous les publierons. Cet espace ne peut vivre que par vous ! Soyez donc nombreux à venir proposer vos écrits, faites connaître autour de vous cet "espace" , invitez vos amis et lecteurs à venir déposer leurs commentaires. 

« La poésie, c'est tout ce qu'il y a d'intime dans tout» Victor Hugo 

Adressez vos poèmes à 

Lalibdesinco@outlook.fr

OU

lessien1954@live.fr

 

Michel Hallet (Adultère… ou pas)

06/07/2015 10:06:38

 Michel Hallet

Carnet d'adresses de l'auteur     

 

 

 

 Adultère… ou pas.

 

Tu avais vingt ans dans ce loin passé,

Lors d’une rencontre trop arrosée,

Tu perdis ta vertu sans la donner

En câlins sans intérêt, chiffonnés.

Certains que je ne fus, d’amour, rêvé

Mais bien moins faux que pour le crucifié.

Un accident comme on dit poliment,

Puis je crûs dans ton ventre patiemment,

Et nous nous sommes enfin rencontrés,

Après neuf longs mois… mais tu m’attendais.

 

Depuis que ma mémoire se souvient,

J’ai toujours dormi dans tes draps satin.

Tu t’y allongeais toujours dénudée,

Quand, gamin, un pyjama m’habillait.

J’ai toujours connu ces nuits de tendresse

Blotti sur le sein que le noir caresse.

Nul autre homme, dans ces draps, s’est glissé,

A croire, qu’aucun ne t’intéressait

Tu me protégeais, ton corps comme écrin,

La douceur de ta peau comme destin.

 

Tu m’as comblé de l’amour d’une mère,

Puis la tendresse devint adultère,

Bien entendu, pas en une journée,

Le sein qui nourrit, un jour, se durcit.

Puis tout glissa, le tabou estompé,

Tel Œdipe, maman, je caressais.

Le baiser devint sensuel pour plaisir

La caresse intime pour le désir.

Je fus moi et il n’y eut plus que moi,

Enlacé, coincé entre tes grands bras.

 

Plus jeune, tes caresses, tes baisers

Je pensais, normaux, leurs sucrés effets.

Je compris vite, dans l’adolescence,

Que d’autres ne vivaient ces suffisances.

Je trouvais la situation agréable

Même si cela était condamnable

Surtout pour ces cul-bénis dépravés.

Je m’enfermais dans nos petits secrets

Matant les autres, ne les enviant,

Souriant aux reproches offensants.

 

Puis, tu devins l’amante attentionnée,

Indispensable être à ma destinée,

Tu fus le sang coulant en mes artères.

Personne ne distinguait l’adultère,

Personne, d’ailleurs, ne venait ici,

Plus de famille, ni plus un ami,

A peine quelques voisins pas curieux

Rien que toi et moi, nous seuls sous nos cieux.

Il faut dire qu’ici, c’est le désert

Monde planté au mi de l’univers.

 

C’est un gouffre au fond d’une mémoire

Dans la campagne plongée dans le noir,

Quand même dans le jour, nul ne peut voir

Les sentiments traînant dans le regard.

On s’est tout donné, ne s’est rien caché

Sous des draps usés guère bien épais.

Les jours furent pareils à chaque année,

Maintenant, je suis devenu âgé

Te protégeant comme un cadeau des dieux,

En écrin d’amour caché dans nos yeux.

 

Depuis bien longtemps, tu n’es plus ma mère

Un plaisir quiet, même plus adultère.

Je ne sais pas comme on dit que je t’aime,

Et pourtant il est bien vrai que je t’aime

Comme on aime une amante sincère

Mais plus comme une maman bien trop fière.

A tes cent ans, nous levons nos verres

Comme un couple fête un anniversaire,

Mes yeux usés sont plantés dans les tiens,

Et ta main caresse toujours ma main.

 

Et si cela est contre ce qu’en pensent

Les personnes vivant de suffisance,

J’en n’ai que faire, j’eus plus de plaisir

Que leur bourgeoise frustrée n’en désire.

Ils n’en savent rien bien heureusement,

Ils nous crucifieraient ainsi vivants,

Quand des cathos, aux dieux obéissants,

Recèle le creux de leur fondement

A un mari bien trop entreprenant.

Ce qui ne se voit pas… ne se comprend.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Du même auteur

Les morts ne devraient pas être obligés De s’excuser de ne plus être là.       

- Mélinda… ma mère, …une putain !      

- Il suffirait      

Hello Gepetto.       

Elle n'est pas ma mère...      

Dieu est un pervers     

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

compteur site

Publié par LA LIBRAIRIE DES ...  Ajouter un commentaire  0 commentaires





Auteurs et Titres

 Cliquez sur les liens verts pour accéder aux textes

(Les auteurs sont classés par ordre alphabétique de leur prénom)

 


 Anar76

Liberté Égalité Fraternité !     

Anette Lellouche

- J'imagine pas!

Bernaadette BOISSIE DUBUS

- Les tiges du temps

Cécile Aveline-Collot

Le Phoénix 

Native

- Jacques, l'intemporel (Hommage à Jacques BREL)

- LE PIAF (Hommage à Édith Piaf, née Édith Giovanna Gassion)     

Une étoile est née

Le Musicien des Mots

Céline Ansart

 - J'avais        

Regard

Christian Bailly

Aux poilus   

LOUPZEN - Dominique BELAN

- Marie-Laure

Francis Trelet

- L'arrivée du printemps

- La colère de la mer

- Coule l'eau Bourde

- Migrants

- Page Blanche 

- Colombe de la paix      

Vient l'automne.        

Caprices des Dieux       

Ce matin une rose       

Pluie de rêves          

Jeanine Ghirardelli

-Poème pour la fête des mères

- Mémoire d'une amie       

LÉGÈRE A TIRE D'AILES.          

Jérôme Fleury 

Une vieille dame pleine de verdeur   

Joël Delaunay 

- L'amitié avec un bel A...

- Mais qui êtes-vous, et ou êtes vous? 

- Saisons

- Son autre vie

- Tour du propriétaire

La couleur de nos bruits    

- A n'en pas douter      

 Josy Chalmet 

Hommage     

Parlez moi      

A l’abri des mots        

Mod Vareil

Femme Enfant

Toi, mon fils, mon cadet... La souffrance de mon cœur   

Marie Liehn

- Spleen       

Mélody Marine

 - Rien qu'un tout petit mot

 Marie-Paule Bétaille

- Tu habites...         

Michel Hallet  

- Le paon et le dindon

- Encore une petite fille abandonnée

Les morts ne devraient pas être obligés De s’excuser de ne plus être là.       

- Mélinda… ma mère, …une putain !      

- Il suffirait      

Hello Gepetto.       

Elle n'est pas ma mère...      

- Dieu est un pervers       

Adultère ou pas        

Pierre de coeur 

Le sonnet de ta beauté       

Ton nom    

Ange D'amour       

Valérie DARDENNE

- Un ange pour te murmurer

 

     Pour déposer votre texte

          CLIQUEZ ICI     

Vign_poesie200200
 
Vign_DM1212
 
BONJOUR VOUS ËTES LE: mon compteur VISITEUR SUR NOTRE SITE. BONNE VISITE !
 
 
Mars 2016
compteur de visite pour blog
Tout droit réservé sur l’ensemble du site