LA LIBRAIRIE DES INCONNUS
 8 LALEUQUEUE 76660 SMERMESNIL 
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_150150int

 Bonjour

Vous souhaitez répondre à "l'interview" de la librairie des inconnus Cliquez ici et par retour du courrier nous vous adressons le formulaire. Aucun renseignement fourni ci-dessous pourra faire l'échange de mailing ou autre. Nous conservons de façon strictement confidentielle les coordonnées que vous nous transmettez!
Francine MUSQUIN DUGUE
 
INTERVIEWS

REMI SERAIN

24/10/2014 15:06:33
Vign_300300rs2_all

 La première question qui me vient à l'esprit est : qui est Rémi SERAIN

Ici et maintenant ? Un homme à la cinquantaine né dans l’ouest et posé depuis 25 ans dans en Rhône-Alpes. Je suis père de famille, je travaille dans l’accompagnement et aime la nature, les mots et les pas de côté.


Depuis quand écrivez-vous ?

Les débuts remontent à l’adolescence, aux grands questionnements, au mal-être, à la mélancolie qui me traversaient. Puis j’ai mis mes cahiers de côté – en les gardant -, j’ai vécu la vie pleine sans mots couchés, sans épanchement, sans prendre ce temps. Plus tard ma vie a été bousculée et j’ai eu besoin de trouver une place à mes pensées, une place concrète, réelle. Un nouvel espace s’est ouvert sur mon ordinateur, au quotidien. Ça fait maintenant dix ans que j’inscris sur cette main courante les faits, pensées, réflexions, ouvertures, perles créatives… Intensément d’abord et depuis 2 ans plus légèrement. Cette main se-courante je ne la lâche pas, elle ne me lâche pas…


Est ce la première fois que vous éditez un ouvrage ?

Oui. Je n’avais pas imaginé cela. J’écrivais pour moi. Et puis la question de la communication et de la transmission est arrivée naturellement. Le sujet traité laisse beaucoup de gens dans l’isolement. J’avais envie de proposer une vision positive.


Quel est le conseil le plus important qu'on-vous-ai donné ?

Ne te censure pas !


Vous avez sûrement des habitudes, des rituels... Comment travaillez-vous ? 

De la solitude, pas de sollicitation visuelle (internet, tv…), de l’émulation et du partage en participant au milieu d’autres à des ateliers d’écriture, et puis un carnet jamais loin pour capter les mots papillons qui passent…


D'où puisez-vous votre inspiration ?

De la vie, de ce que je traverse, de mes états d’âme, mes réflexions et puis je laisse venir ce qui vient, j’accepte les envolées de mots, des sons qui se répondent, se relient, jusque dans mon lit (même là !)


Comment construisez-vous vos personnages ?

Pour ce premier livre qui parle forcément de moi, j’ai eu besoin de me mettre à distance et j’ai créé deux personnages, le narrateur et Mathias. Ma vision du monde est souvent un regard au bord du bocal, c’est un besoin pour comprendre ce qui se passe, ça permet de mieux percevoir l’autre et son monde. Dedans-dehors. Au plus près – dans la globalité. Déplacement permanent d’un bord à l’autre.


Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d'écriture ?

"Ose le faire, à ta manière"


Quels sont vos auteurs préférés ?

Eclectique. Des choses sur la psychologie, la philosophie, la mythologie, des romans, des journaux de vie, des biographies… Pas d’auteurs en particulier. Mes lectures de revues, les émissions littéraires me proposent les livres… je me laisse courtiser et je lis le sujet traité, l’enthousiasme du « passeur »…


Que lisez-vous en ce moment ?

Le sexe et l’effroi de Pascal Quignard ou le regard des romains sur la sexualité. Passionant.


Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre publié ?

Mathias est né dans les années 60. L'éducation, la société, la religion marquent son enfance et son adolescence et freinent l'émergence de son identité. Mathias se conforme aux normes en vigueur, vit sincèrement sa vie jusqu'au jour où il découvre qu'une partie de lui n'existe pas. Il est homosexuel. Branle-bas et turbulences, Mathias vit avec une femme et ils ont trois enfants.

Ce récit vous fait vivre ce "chantier intérieur" où Mathias souffre et fait souffrir, apprend, découvre de nouvelles facettes, fait des rencontres déterminantes et surprenantes et dépasse cette situation.


Où peut-on se le procurer ?


Travaillez-vous de nouveaux projets ?

Oui, mais comme un jardin aux derniers jours de l’hiver, l’envie est là, la terre se retourne, je regarde les sachets de graines, en achète et fébrile je sors la bèche. J’ai le projet d’écrire, mais ne sais pas encore sur quoi, j’en suis à l’étape d’écrire des bouts, de musarder, d’essayer des choses, de regarder ce qui ce fait ailleurs…



Où on peut suivre vos actualités ?


 


Nous remercions Rémi Serain d'avoir accepté de nous consacrer un peu de son temps pour répondre à notre interview. 


Si vous aussi vous souhaitez être interviewé Je m'inscris

 

compteur de visites html

Publié par lalibdesincos •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





Tout droit réservé sur l’ensemble du site